Centre de connaissances concernant l'utilisation des antibiotiques et l'antibiorésistance chez les animaux

Nouvelles récentes

Nouvelles récentes

  • by:
  • décembre 17, 2019
  • Category: L’âge du sevrage

L’importance de l’âge du sevrage… Un jour de plus, ça compte ?


Dans la nature, le marcassin est sevré vers 3 à 4 mois et de manière progressive. Dans nos exploitations de porcs domestiqués, le sevrage a lieu bien plus tôt et généralement de manière brutale. Cette pratique a de nombreuses conséquences sur la santé du porcelet et sur ses futures performances dans la phase d’engraissement. L’âge du sevrage joue en effet un rôle important dans la robustesse et la résistance du porcelet. Un sevrage plus tardif peut également aider à réduire le besoin de traiter le porcelet avec des antibiotiques.

Source :  Dr. Merel Postma, dip. ECVPH -Chercheuse postdoctorante

Université de Gand, Faculté de Médecine vétérinaire, Unité d’Épidémiologie vétérinaire


Quelle est l’importance de l’âge du sevrage et quel est le « bon » âge ?

Tendances de l’âge de sevrage

On a vu au cours des années différentes tendances se dessiner dans le monde, allant d’un sevrage à un âge extrêmement précoce à un âge relativement avancé (Gadd, 2016). On constate aussi souvent de grandes différences entre pays. Une étude (données 2012-2013) montre ainsi un âge moyen de sevrage de 23,5 jours en Belgique (variation de 19,0 à 28,0 jours), 24,0 jours en France (variation de 19,5 à 34,5 jours), 24,4 jours en Allemagne (variation de 19,3 à 32,6 jours) et 35,1 jours en Suède (variation de 28,0 à 49,0 jours). L’âge le plus bas, 19 jours, étant donc en Belgique (Postma et al., 2016a). La durée de l’intervalle entre bandes a souvent une grande influence sur l’âge du sevrage. Le graphique 1, issu d’une recherche réalisée en 2014 en Belgique, présente les âges moyens de sevrage par durée de l’intervalle entre les bandes. (Bulens et al., 2016).


Graphique 1. Repris de Bulens et al. (2016). Tableau de l’âge moyen du sevrage par durée de l’intervalle entre les bandes, basé sur les résultats de l’enquête réalisée en 2014

La législation

L’UE prévoit des exigences de bien-être minimales pour les porcs (directive UE 2008/120/EEC). Concernant l’âge de sevrage, la directive stipule que « Aucun porcelet ne doit être séparé de sa mère avant d'avoir atteint l'âge de 28 jours, sauf si le non-sevrage est préjudiciable au bien-être ou à la santé de la truie ou du porcelet. Cependant, les porcelets peuvent être sevrés jusqu'à sept jours plus tôt, s'ils sont déplacés dans des locaux spécialisés qui seront vidés, nettoyés et désinfectés complètement avant l'introduction d'un nouveau groupe, et qui seront séparés des locaux où les truies sont hébergées, afin de réduire autant que possible les risques de transmission de maladies aux porcelets. »

En bref, la loi prévoit que les porcelets ne soient sevrés qu’à partir de l’âge de 28 jours. Seules certaines circonstances peuvent exceptionnellement autoriser un sevrage à partir de 21 jours. Le sevrage avant 21 jours n’est jamais autorisé.

Quelle est l’influence du sevrage sur le porcelet et sur les résultats de production ?

Deux grands changements sont associés au sevrage pour le porcelet : 1) le sevrage implique un changement de régime et 2) il génère du stress. Normalement, lorsque la truie a une production de lait normale, le porcelet ne se nourrira que de ce lait de sa naissance à l’âge de 13 à 15 jours et ne prendra pas, ou peu, d’autres aliments. Quand le sevrage a lieu à l’âge de 3 semaines, il ne reste donc au porcelet qu’une semaine pour s’habituer progressivement à un nouvel aliment, alors que c’est justement entre 3 et 4 semaines que le porcelet prend normalement beaucoup plus de nourriture. De plus, un porcelet plus âgé assimile beaucoup mieux les nutriments, également parce que la maturation de son système intestinal a progressé. (Barceló, 2009a, Tsukahara et al., 2016).

Figure 2. Deux grands changements sont associés au sevrage pour le porcelet : 1) le sevrage implique un changement de régime et 2) il génère du stress. (photo Merel Postma, UGent)

Le sevrage s’accompagne chez le porcelet de stress à cause des nombreux changements qu’il entraîne : 1) perte de la protection maternelle, 2) changement d’environnement, 3) mélange avec d’autres porcelets, 4) changement de régime et de comportement alimentaire, impliquant aussi, 5) privation des anticorps provenant du lait maternel. Les porcelets sevrés à 3 semaines émettent également plus fréquemment des cris caractéristiques (grognements, appels) après le sevrage (3,6 fois/minute) que les porcelets sevrés à 4 semaines (2,3-2,9 fois/minute) (Barceló, 2009a). Une étude qui compare le sevrage à 4 semaines et celui à 7 semaines a montré que le taux de cortisol, une hormone de stress, au moment du sevrage est inférieur chez les porcs sevrés à 7 semaines à celui des porcelets sevrés à 4 semaines (van der Meulen et al., 2010). Les porcelets sevrés plus précocement montreront également plus de comportements indésirables (ils mâchent les queues, sucent les oreilles, veulent s’échapper, poussent dans les flancs ou les ventres, mordent les flancs ou se cognent sans cesse le groin) (Johnson et al., 2012).

Lorsque les porcelets sont sevrés quand ils sont plus âgés, ils sont naturellement aussi plus lourds. Leur croissance est souvent meilleure et leur perte de poids moindre (Barceló, 2009a, Johnson et al., 2012). Si le porcelet est (trop) jeune lors du sevrage, une dépression du sevrage peut survenir. Cette dépression peut influencer la phase d’engraissement et entraîner une moins bonne croissance pratiquement tout au long de sa vie (Bulens et al., 2016). Barceló (2009a) affirme que pour obtenir une performance optimale pendant la phase d’engraissement, un porcelet doit peser en moyenne 7,5 à 8 kg et que les porcelets pesant moins de 6 kg doivent représenter moins de 10 % du cheptel. Il très difficile d’atteindre ces taux lorsque les porcelets sont sevrés à 21 jours, alors que cet objectif est parfaitement réalisable s’ils sont sevrés à 28 jours.

Figure 3. Pour obtenir une performance optimale pendant la phase d’engraissement, on recommande un poids moyen des porcelets de 7,5 à 8 kg, avec moins de 10 % de porcelets pesant moins de 6 kg au moment du sevrage (photo Merel Postma, UGent)

Un sevrage plus tardif améliore également les résultats de production de la truie lors de sa portée suivante (Barceló, 2009b). Finalement, Barceló (2009c) calcule, sur la base de données espagnoles, une augmentation de gain de 6 € par porc lorsque les porcelets sont sevrés à environ 28 jours, par rapport à un sevrage à 21 jours.

Relation entre l’âge du sevrage et l’utilisation d’antibiotiques

L’étude décrite ci-dessus et qui a comparé des exploitations de porcs en Belgique, France, Allemagne et Suède s’est également penchée sur l’utilisation d’antibiotiques tout au long de la vie d’un porc. Les exploitations sevrant leurs porcelets plus tôt utilisent souvent plus d’antibiotiques que les autres (Postma et al., 2016b). À nouveau, il s’avère qu’un sevrage plus tardif rend le porcelet plus robuste et résistant (Thomson & Friendship, 2012). Il sera donc moins sensible aux germes pathogènes et aura moins besoin de traitements antibiotiques. Dans les pays scandinaves, l’âge du sevrage est souvent plus élevé (Postma et al., 2016a, Raasch et al., 2018) et ces pays affichent également la consommation d’antibiotiques la plus faible d’Europe (ESVAC, 2018).

Dans le cadre d’un tout nouveau projet en Flandre, 16 exploitations de porcs se sont efforcées de réduire leur consommation d’antibiotiques en environ 9 mois. Sept de ces seize élevages n’ont dû avoir recours à aucun moment au cours de la vie de la grande majorité de leurs porcs à des antibiotiques. Il faut observer que ces sept exploitations ont eu un âge de sevrage moyen de 26 jours (Bernaerdt et al., 2019). Il ressort également de cette expérience que l’âge du sevrage a une grande influence sur l’usage d’antibiotiques.

Conclusion

L’âge du sevrage a donc une grande importance pour la santé du porcelet et pour ses performances futures dans la phase d’engraissement. L’âge du sevrage joue en effet un rôle important dans la robustesse et la résistance du porcelet. Lorsqu’il est plus tardif, on doit également recourir moins souvent à l’antibiothérapie.

Quelques conseils relatifs au sevrage

1.    La loi impose de sevrer à l’âge de 28 jours, et en aucun cas avant 21 jours

2.    Veillez à ce que les porcelets aient atteint un poids suffisant lors du sevrage, de préférence 7,5 à 8 kg, certainement pas moins de 6 kg

3.    Veillez à ce que les porcelets reçoivent déjà des aliments de sevrage avant le sevrage

4.    Réduisez le stress qui accompagne le sevrage, laissez éventuellement les porcelets encore quelques jours dans la loge de maternité si c’est possible

5.    Optimisez les conditions et le climat de la batterie des porcelets

6.    Les porcelets sevrés à plus de 25 jours ont une meilleure croissance en général

7.    Ils seront plus robustes et moins sensibles aux maladies

8.    Ils auront moins besoin d’antibiotiques

 

Références

Barceló, J., 2009a: What is the best age for weaning piglets? (1/3). Available at: https://www.pig333.com/articles/what-is-the-best-age-for-weaning-piglets-1-3_1566/.

Barceló, J., 2009b: What is the best age for weaning piglets? (2/3). Available at: https://www.pig333.com/articles/what-is-the-best-age-for-weaning-piglets-2-3_1638/.

Barceló, J., 2009c: What is the best age for weaning piglets? (3/3). Available at: https://www.pig333.com/articles/what-is-the-best-age-for-weaning-piglets-3-3_1675/.

Bernaerdt, E., T. Van Limbergen, M. Postma and J. Dewulf, 2019: Finaal verslag van het project BPG-AB project. Ghent University, Merelbeke, Belgium.

Bulens, A., E. Willems, B. Driessen and J. Van Thielen, 2016: Demoproject "Wekensystemen: keuze in functie van rendabiliteit en arbeid". NIeuwsbrief KULeuven/Thomas More, Groep Dier&Welzijn. KULeuven/Thomas More, Geel.

ESVAC, 2018: Sales of veterinary antimicrobial agents in 30 European countries in 2016 - Eighth ESVAC report. In: European Surveillance of Veterinary Antimicrobial Consumption (ed.). European Medicines Agency, London, United Kingdom.

Gadd, J., 2016: 5 Reasons why weaning age will come down. Available at: https://www.pigprogress.net/Piglets/Articles/2016/8/5-reasons-why-weaning-age-will-come-down-2847034W/.

Johnson, A. K., J. J. McGlone and J. G. Gentry Carter, 2012: How does weaning age affect the welfare of the nursery pig? Pork Information Gateway.

Postma, M., A. Backhans, L. Collineau, S. Loesken, M. Sjölund and C. Belloc, 2016a: The biosecurity status and its associations with production and management characteristics in farrow-to-finish pig herds. Animal, 10.

Postma, M., A. Backhans, L. Collineau, S. Loesken, M. Sjölund, C. Belloc, U. Emanuelson, E. grosse Beilage, E. O. Nielsen, K. D. C. Stärk and J. Dewulf, 2016b: Evaluation of the relationship between the biosecurity status, production parameters, herd characteristics and antimicrobial usage in farrow-to-finish pig production in four EU countries. Porcine Health Management, 2, 9.

Raasch, S., M. Postma, J. Dewulf, K. D. C. Stärk and E. J. P. H. M. grosse Beilage, 2018: Association between antimicrobial usage, biosecurity measures as well as farm performance in German farrow-to-finish farms. 4, 30.

Thomson, J. R. and R. M. Friendship, 2012: Immunology. In: J. J. Zimmermann, L. A. Karriker, A. Ramirez, K. J. Schwartz and G. W. Stevenson (eds.), Diseases of swine. Wiley-Blackwell, Chichester, West Sussex, United Kingdom.

Tsukahara, T., R. Inoue, M. Nakatani, K. Fukuta, E. Kishino, T. Ito and K. Ushida, 2016: Influence of weaning age on the villous height and disaccharidase activities in the porcine small intestine. 87, 67-75.

van der Meulen, J., S. J. Koopmans, R. A. Dekker and A. Hoogendoorn, 2010: Increasing weaning age of piglets from 4 to 7 weeks reduces stress, increases post-weaning feed intake but does not improve intestinal functionality. Animal, 4, 1653-1661.

Amcra logo français
Centre de connaissance concernant l'utilisation et les résistances des antibiotiques chez les animaux

Avis récents

Surveillance et utilisation des antibiotiques, y compris de ceux d’importance critique, chez les chevaux - État des lieux et recommandations pour l’avenir
Utilisation d'antimicrobiens à usage humain chez les animaux